Réfléchir ensemble
au sens à donner
aux progrès de la
médecine, au service
de l'homme

 

L’aide médicale aux couples infertiles : l’état des lieux

De nouvelles techniques médicales, mises au point au cours de ces trente dernières années, aident désormais les couples infertiles.

La naissance du premier « bébé éprouvette » remonte à 1978. Aujourd'hui, c’est un à deux enfants, qui, dans une classe de maternelle, sont nés grâce à une aide médicale à la procréation.

Ces techniques d’assistance médicale à la procréation (AMP) peuvent soulever des interrogations. Elles sont encadrées par la loi de bioéthique, régulièrement réexaminée. Les états généraux de la bioéthique sont l’occasion d’ouvrir une réflexion partagée sur ces sujets.

L’assistance médicale à la procréation en quelques chiffres :
Les activités d’AMP sont pratiquées dans des centres spécifiquement autorisés et par des
professionnels eux aussi autorisés. Au 31 décembre 2007, 214 laboratoires d’analyse et 107
centres étaient habilités à pratiquer des activités d’AMP.
Et aussi en 2006, en France :
- 20 000 enfants sont nés après une AMP, soit 2,4% de la totalité des naissances ;
- 15 à 20 % des couples ont consulté un médecin pour des difficultés à avoir un enfant ;
- 6 % de couples infertiles en France.
- 17% de réussite des tentatives d’AMP (20 042 enfants nés vivants pour 119 649 tentatives)

A retenir :
Les gamètes sont les cellules qui permettent la reproduction humaine : les spermatozoïdes chez l’homme et les ovules (ovocytes) chez la femme.
L’AMP est prise en charge par l’Assurance maladie, de manière à répondre, de façon solidaire, et dans des conditions précises, notamment des critères d’âge, aux problèmes médicaux d’infertilité rencontrés par certains couples.

 

  • actualités
  • base documentaire et législative
  • Voir tous les avis sur ce sujet